27 juin 2018 - Ça coule de source à Monsols

Monsourdis et Monsourdires se sont particulièrement appropriés Ça coule de source ! Nombreux témoignages récoltés, là aussi, et fabrication d’un char surmonté d’une belle bouteille… d’eau du Mont St Rigaud ! En partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels Rhône-Alpes, un crieur des tourbières, Gérald Rigaud, comédien, artiste de rue, a arpenté les rues du village avec sa […]

La caravane à Monsols

Monsourdis et Monsourdires se sont particulièrement appropriés Ça coule de source ! Nombreux témoignages récoltés, là aussi, et fabrication d’un char surmonté d’une belle bouteille… d’eau du Mont St Rigaud ! En partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels Rhône-Alpes, un crieur des tourbières, Gérald Rigaud, comédien, artiste de rue, a arpenté les rues du village avec sa boite à messages pour récolter les histoires, légendes, rumeurs, anecdotes sur les zones humides. Avant de déclamer sur la place publique tous ces messages, et d’accompagner le char à la salle Fontalet où s’est déroulé la veillée.

Et comme dans chacune des 6 communes une oeuvre d’art  pérenne installée en plein centre du village a été inaugurée. Peinture sur plaque d’aluminium installée devant un mur aveugle dans le centre du village, Ruisseau du Mont-Saint-Rigaud est signée de la peintre Geneviève Garcia-Gallo.

A la salle Fontalet, les écoliers mis en scène par Emilie Durmarque ont précédé la conférence de Cyril Devès sur la représentation de l’eau  la mythologie et l’art à travers les siècles.

Le duo Jean-Yves Loude/Buno-Michel Abati a conclu la soirée avec un conte musical inspiré du livre de Jean-Yves Loude Chercheurs d’eau.

Geneviève Garcia-Gallo

Artiste peintre travaillant à Lyon, ayant ses attaches à Saint-Bonnet-des-Bruyères, Geneviève Garcia Gallo a enseigné le dessin et la peinture à l’école d’Arts d’Appliqués et aux Beaux-Arts de Lyon. Elle nous mène à travers ses oeuvres au coeur des bruissements de forets mystérieuses et au long de la fluidité transparente des ruisseaux, jusqu’à l’écho de nos lointaines mémoires enfouies. Quand l’homme et la nature étaient proches, en symbiose. La matière picturale est riche, vibratoire, vivante.